Le Stress

Le stress, c’est quoi ?

Le stress est une réaction de l’organisme face à une situation donnée, vécue comme une expérience désagréable, et qui conduit l’organisme à répondre via des mécanismes biologiques, comme la sécrétion de certaines hormones, et psychologiques, comme la mise en place de stratégie de défense. Le stress est indispensable pour nous permettre d’adopter la réponse la plus adaptée à une situation donnée.

En cas d’agression, le stress permet de libérer dans notre corps de l’adrénaline et du cortisol sécrétés par les glandes surrénales, ce qui induit une augmentation de la fréquence cardiaque, une augmentation de la pression artérielle, une dilatation des bronches et des pupilles, nous permettant d’être particulièrement réactif pour faire face à un danger. L’adrénaline est l’hormone liée au stress aigu ( danger, agression... ) et le cortisol au stress chronique ( harcèlement au travail... ).

Cassandre Copin accompagnement psychothérapeutique Auray

Le stress est donc une réaction vitale et indispensable. En gros, pas de vie sans stress, pas de stress sans vie. La problématique réside plutôt dans l’intensité du stress et sa cohérence face à une situation donnée, dans quelle proportion est-il justifié ou plutôt exagéré.

Que nous dit le stress ?

Le cortex préfrontal est responsable du stress ressenti. Il est considéré comme la partie la plus évoluée du cerveau car il a la capacité de traiter les informations à plusieurs niveaux, en tenant compte de leur contexte, ce qui rend l’analyse de ces informations particulièrement aboutie et pleine de finesse.

Il favorise ainsi chez nous la possibilité d’ouvrir le spectre de notre analyse et de nous amener à une conscience élargie de ce qui s’est déroulé lors de l’évènement. Lorsque le comportement adopté n’est pas cohérent par rapport à l’évènement, le cortex préfrontal envoie un signal à l’organisme qu’il détecte comme stressant. Le stress devient ainsi un message d’alerte stipulant une incohérence entre la situation et le comportement, lequel vient en réaction, donc en mode automatique, influencé par des conditionnements, du vécu, des habitudes, des attachements...

Cassandre Copin accompagnement psychothérapeutique Auray

Le stress a donc une vocation pédagogique pour nous amener à prendre conscience de l’incohérence et à prendre du recul pour essayer de comprendre l’origine de cette sensation désagréable. Le simple fait de commencer à se questionner a pour effet de réduire la sensation de stress.

Comment détecter le stress

A - Les manifestations de stress
À la base, on observe un agent stresseur qui émerge lors d’un évènement. Cet agent stresseur peut se manifester de différentes façons :

  • Au niveau des pensées :
    L’individu se met à avoir des pensées culpabilisantes, négatives ou enfermantes.

  • Au niveau des émotions :
    Il peut se manifester de l’impatience, de la crainte, de la colère, de la peur etc... Ce seront systématiquement des émotions inconfortables.

  • Au niveau du comportement :
    Des modifications comportementales sont observables, notamment au niveau de la nourriture, de la consommation de tabac, alcool, café, substances illicites..., du sommeil, de ses rapports avec les autres ou avec soi.

  • Au niveau du corps :
    On notera éventuellement des palpitations, des troubles digestifs, de la transpiration, des insomnies.

Cassandre Copin accompagnement psychothérapeutique Auray

B - Les réactions de l’organisme face au stress
Comme pour les émotions, le stress impacte les différents organes. Les observations sont les suivantes :

  • Au niveau du cœur :
    Le rythme cardiaque s’accélère afin d’amener plus de sang et d’oxygène aux différents organes vitaux et d’être en mesure de rendre le corps encore plus efficace et réactif pour parer à une potentielle agression.

  • Au niveau du poumon :
    Les artères pulmonaires amènent plus de sang, ce qui permet aux artères bronchiques d’augmenter la vascularisation des bronches et par conséquent d’augmenter le flux d’air, permettant ainsi une meilleure oxygénation..

  • Au niveau du cerveau :
    Le cortex bénéficie alors d’une plus forte oxygénation, ainsi que les différents centres de commande du cerveau afin d’optimiser les temps d’analyse et de réactions, et de stimuler les zones réflexes.

  • Au niveau de la rate :
    La rate a pour fonction de stocker le sang. Face à une situation stressante, elle se vide de son sang pour permettre à un volume de sang plus important de circuler dans le corps et d’alimenter le cœur qui va diffuser au poumon et aux zones musculaires.

  • Au niveau de la peau et des organes secondaires comme l’appareil digestif :
    A l’inverse de la rate, afin de diriger le sang en priorité vers les organes vitaux, la peau et les organes secondaires vont subir une vasoconstriction, c’est-à-dire une rétractation des vaisseaux sanguins qui les alimentent.

On comprend encore mieux pourquoi une exposition prolongée à des situations stressantes peut causer des dommages corporels.

C - Les différentes formes de stress
On distingue deux principales formes de stress : le stress aigu et le stress chronique. Voyons ce qui les distingue.

  • Le stress aigu :
    Il est vécu lors de situations d’urgence, telles que les agressions, les viols, les accidents, tout évènement dangereux ou vécu comme menaçant ou incontrôlable. Le stress aigu est particulièrement utile pour nous aider à faire face à la situation vécue comme nous l’avons vu précédemment avec les effets induits dans l’organisme.

  • Le stress chronique :
    Il se développe suite à une exposition répétée à des situations vécues comme stressantes, telles que surcharge de travail en milieu professionnel, compétition, harcèlement, climat tendu. Au niveau professionnel, le stress chronique peut conduire au burn out avec des effets délétères.
    Le stress chronique est mauvais pour la santé, car l’organisme n’est pas fait pour être activé en mode stress constamment. Il s’ensuit un épuisement qui peut entrainer l’apparition de pathologies, comme des maladies cardiaques, de la pression artérielle élevée, des taux de cholestérol ou de diabète anormaux, des troubles du poids, de la dépression.

Bon et mauvais stress

Avec ce que l’on vient de voir précédemment, on pourrait affirmer que le bon stress est relié au stress aigu et le mauvais stress au stress chronique. C’est en partie vrai, toutefois la distinction se fera plus finement au niveau de la réponse de l’organisme.


  Le bon stress :
On qualifiera de bon stress une réponse adaptée à l’élément déclencheur de par son intensité et sa durée. Pour cela, il est entendu que l’intensité et la durée de la réponse doivent correspondre à l’énergie minimale requise pour l’action et maintenir l’homéostasie, c’est-à-dire l’équilibre biologique et physiologique du corps. En voici les principales caractéristiques :

  • Une réponse utile et indispensable
  • Le maintien de l’homéostasie
  • L’amélioration de la situation
  • L’élévation du niveau de connaissance de soi
Cassandre Copin accompagnement psychothérapeutique Auray

Ainsi, en fonction de la menace, si la réaction est disproportionnée, le stress généré va l’être également. C’est le cas de phobies par exemple. Il est courant d’avoir peur des araignées, et autant face à une mygale on pourra comprendre que tous les clignotants se mettent au rouge, en revanche face à une araignée de campagne, un comportement adapté permettra de rapidement les éteindre.

  Le mauvais stress :
Vous l’aurez compris, il s’agit au contraire d’une réponse inadaptée, disproportionnée qui peut conduire à des désordres physiques et psychiques. Ses principales caractéristiques sont :

  • Une réponse trop intense
  • Une réponse trop durable
  • Une réponse inutile ou inadéquate vis-à-vis de l’évènement

Ces réponses inadaptées peuvent trouver leur origine suite à un traumatisme, on parlera alors de stress post-traumatique, ou dans des émotions disproportionnées, des phobies, des situations nouvelles qui plongent l’individu dans l’inconfort...

Quelles solutions pour gérer le stress ?


  La prise de recul
Tout d’abord, le stress ne se gère pas comme tel. La sensation de stress est comme une émotion, elle vient en réaction à un évènement et porte avec elle un message à décoder. En revanche, le fait de s’interroger sur ce qui se passe en soi, d’où ça vient, comment cela s’exprime etc... va amener à modifier son regard sur la situation, son état de conscience et finalement son comportement, sa posture.
Ce changement va permettre d’améliorer ses relations avec les autres et son état intérieur. Camille Lefrançois, docteur en psychologie cognitive, va jusqu’à dire que « le stress n’est qu’un message émis par une partie de notre cerveau pour attirer notre attention sur le fait que nous devons adapter nos conduites à des conditions nouvelles. »

Cassandre Copin accompagnement psychothérapeutique Auray

  Les outils
Certes, la prise de recul n’est pas toujours aisée, et les techniques de relaxation comme la sophrologie, la méditation sont tout à fait indiquées.
La respiration selon la méthode de la cohérence cardiaque permet d’amener un apaisement pour être plus disponible à l’analyse de la situation. Par ailleurs, la connaissance de soi et l’augmentation de son niveau de conscience sont les meilleurs alliés pour apprivoiser le stress. L’accompagnement psychothérapeutique, le coaching, la TCC ( Thérapie Cognitive et Comportementale ) sont des outils permettant d’aller dans ce sens.

Ces articles peuvent vous intéresser
Cassandre Copin Auray spécialiste Haut potentiel HPI

LA DÉPENDANCE AFFECTIVE


L’attachement aux autres, notamment aux figures parentales, familiales, au partenaire de vie et aux amis proches est un comportement humain. Il n’y a pas de lien affectif fort sans attachement. L’attachement crée le manque, le besoin d’être avec l’autre.

Lire...

Cassandre Copin Auray spécialiste Haut potentiel HPI

LE HAUT POTENTIEL OU HPI
Pourquoi cette appellation « haut potentiel » ?


Dans toute une population d’individus, il a été observé qu’environ 30% présentaient une hypersensibilité, et parmi eux 3% présentaient un fonctionnement du cerveau privilégiant l’utilisation de l’hémisphère droit plutôt que de l’hémisphère gauche.

Lire...

Cassandre Copin Auray Les émotions

LES ADDICTIONS
Une addiction c'est quoi ?


L’addiction est un trouble comportemental qui repose sur la consommation répétée d’une substance ( tabac, alcool, drogue, nourriture... ) ou la pratique anormalement excessive d’une activité ( jeux, télévision, réseaux sociaux, relations sexuelles, sport... ).

Lire...

Cassandre Copin Auray Les émotions

LES ÉMOTIONS
Qu’est-ce qu’une émotion ? Comment se manifeste-t-elle ?


L’émotion peut se définir comme une réaction soudaine à un évènement qui traverse tout l’organisme et se traduisant par des manifestations physiologiques ( corps ), cognitives ( esprit ) et comportementales ( action ). Elle est une manifestation extérieure de ce qui se passe à l’intérieur.

Lire...