Les émotions

Qu’est-ce qu’une émotion ?
Comment se manifeste-t-elle ?

L’émotion peut se définir comme une réaction soudaine à un évènement qui traverse tout l’organisme et se traduisant par des manifestations physiologiques ( corps ), cognitives ( esprit ) et comportementales ( action ). Elle est une manifestation extérieure de ce qui se passe à l’intérieur.

La première caractéristique d’une émotion est qu’elle est personnelle. En effet, face à un même évènement, chaque individu réagira différemment. Certains pourront ressentir une émotion forte quand d’autres ne ressentiront rien. Une émotion est tout sauf rationnelle, et c’est ce qui la rend particulièrement intéressante ! Elle est l’expression de la partie inconsciente de notre être pour entrer en contact avec notre degré de conscience et nous permettre d’agir de la manière la plus appropriée.

L’émotion est conditionnée par notre éducation, notre culture, notre histoire, nos blessures, nos manques.

Cassandre Copin psychothérapeute Auray

Les injonctions comme « un garçon doit être fort et ne doit pas pleurer » peuvent avoir des conséquences radicales sur l’expression des émotions, pour parfois les bloquer. Quand elle s’exprime, elle donne une information à soi-même mais également aux autres, ce qui contribue à l’ajustement de la communication. Quand elle est gérée, elle représente une information précieuse et peut même permettre de rentrer en contact avec son intériorité et amener sur le chemin de la libération intérieure. À l’inverse, lorsqu’elle est bloquée, disproportionnée ou entraînant un comportement contradictoire avec la bienséance, elle revêt des aspects négatifs qui peuvent même devenir pathologiques.

Les émotions primaires et les émotions secondaires

L’émotion primaire est l’émotion ressentie immédiatement face à un évènement. Il est généralement admis que dans les émotions primaires, nous retrouvions la peur, la colère, la joie, la tristesse, la surprise et le dégout. L’émotion secondaire est une réponse émotionnelle qui apparaît en réaction à une émotion primaire ou à l’évocation d’un souvenir ou encore à l’anticipation d’une situation à venir.
En cela, l’émotion secondaire ne revêt pas d’une évaluation réaliste et adaptée, et peut devenir problématique en niant l’émotion primaire de départ, ce qui empêche l’individu d’adopter un comportement adapté à la situation, ou de comprendre ses vrais besoins ou ses envies. Pire, elle peut aller jusqu’à entraîner l’individu vers de l’anxiété, des phobies... ou à se travestir en adoptant un comportement qui masque ses vraies émotions, générant des malentendus dans ses relations avec autrui.

Cassandre Copin psychothérapeute Auray

Les conséquences dans notre corps

La présence et l’expression de l’émotion est vitale pour l’organisme et contribue au maintien de l’homéostasie. Elle permet de se sentir vivant, de profiter de manière plus intense des instants de satisfaction, ou à l’inverse nous avertir d’un potentiel danger ou d’une menace quelconque ( physique, physiologique, psychique ).

Entre autre, elle facilite l’équilibre intérieur en réponse avec ce qui se passe à l’extérieur.

Être à l’écoute de ses émotions, c’est-à-dire entendre et reconnaître l’émotion qui perce en nous, permet de se rendre compte dans quelle mesure les désirs et les besoins sont satisfaits ou pas, et si les aspirations, les souhaits et les attentes sont susceptibles d’être comblés. C’est également se donner l’opportunité de mieux se connaître et de travailler sur soi.

Cassandre Copin psychothérapeute Auray

En revanche, renier l’émotion, c’est repousser un sentiment, c’est aller à contre-courant du comportement induit par l’émotion initiale et c’est ce qui peut amener à des frustrations, des blocages énergétiques. Une conséquence généralement connue est le syndrome de « la goutte d’eau qui fait déborder le vase ». A force de retenir l’émotion, elle s’accumule jusqu’à exploser, c’est le fameux effet cocote minute. D’autre part, il peut y avoir même des réactions secondaires au fait de ne pas accepter d’exprimer ses émotions, qui peuvent se manifester sous forme d’angoisse, de phobie, de stress ou de dépression.

Les émotions et la médecine chinoise

La médecine chinoise porte une attention toute particulière aux émotions, qui selon elle, entretiennent ou perturbent le fonctionnement des organes et des méridiens dans lesquels circulent l’énergie du corps. Elle attribue à chacun des cinq organes principaux une émotion particulière. Le foie est relié à la colère, le cœur à la joie, la rate à la réflexion ou la rumination, le poumon à la tristesse et les reins à la peur.

Quand l’émotion est trop forte, elle vient perturber l’énergie qui circule dans l’organe considéré, et comme chaque organe est lié aux autres par des réseaux d’énergie communiquant les uns avec les autres ( les fameux méridiens ), le désordre créé dans l’un peut perturber le fonctionnement d’un ou de plusieurs autres organes. C’est pourquoi la médecine chinoise encourage vivement la capacité à tout à chacun d’apprendre à gérer ses émotions de manière à conserver au mieux son homéostasie.

Cassandre Copin psychothérapeute Auray

Les différents outils pour apprendre à mieux gérer ses émotions

Dès la naissance, le nourrisson est confronté à ses émotions. En grandissant, il apprend petit à petit à les gérer, aidé de ses figures d’attachement comme ses parents qui le guident pour contenir ses réactions et apprendre à accepter les moments de frustration.

Toutefois, il n’est pas toujours aisé pour l’enfant, puis l’adolescent, malgré la meilleure volonté de l’entourage, de parvenir à gérer ses émotions. Y compris pour un adulte, car selon le tempérament, le vécu, les situations, chacun réagira différemment.

Il existe donc des outils qui permettent à tout âge d’apprendre à mieux gérer ses émotions. Parmi eux, nous pouvons noter la sophrologie. Cette discipline permet, par le biais d’exercices de relaxation dynamique et de visualisation, de relâcher le trop plein, toute l’énergie négative emmagasinée, et d’amener à la place un sentiment de paix et de sérénité à l’intérieur de nous.

Cassandre Copin psychothérapeute Auray

Un autre outil intéressant est la libération émotionnelle : elle permet de libérer une émotion enfouie qui tend à maintenir l’individu dans un état dysfonctionnel avec des conséquences sur ses relations aux autres ( colère, tristesse, culpabilité, ressentiment... ). Dans un plus large spectre, l’accompagnement psychothérapeutique avec des techniques comme la thérapie cognitive et comportementale, la P&L, l’analyse transactionnelle, amène l’individu à entrer en contact avec ses émotions, comprendre leurs origines et apprendre à mieux les gérer. D’autres techniques encore peuvent amener l’individu à mieux apprivoiser ses émotions comme l’EMDR...

Ces articles peuvent vous intéresser
Cassandre Copin Auray spécialiste Haut potentiel HPI

LA DÉPENDANCE AFFECTIVE


L’attachement aux autres, notamment aux figures parentales, familiales, au partenaire de vie et aux amis proches est un comportement humain. Il n’y a pas de lien affectif fort sans attachement. L’attachement crée le manque, le besoin d’être avec l’autre.

Lire...

Cassandre Copin Auray spécialiste Haut potentiel HPI

LE HAUT POTENTIEL OU HPI
Pourquoi cette appellation « haut potentiel » ?


Dans toute une population d’individus, il a été observé qu’environ 30% présentaient une hypersensibilité, et parmi eux 3% présentaient un fonctionnement du cerveau privilégiant l’utilisation de l’hémisphère droit plutôt que de l’hémisphère gauche.

Lire...

Cassandre Copin Auray Le stress

LE STRESS C'EST QUOI ?


Le stress est une réaction de l’organisme face à une situation donnée, vécue comme une expérience désagréable, et qui conduit l’organisme à répondre via des mécanismes biologiques, comme la sécrétion de certaines hormones, et psychologiques, comme la mise en place de stratégie de défense.

Lire...

Cassandre Copin Auray Les émotions

LES ADDICTIONS
Une addiction c'est quoi ?


L’addiction est un trouble comportemental qui repose sur la consommation répétée d’une substance ( tabac, alcool, drogue, nourriture... ) ou la pratique anormalement excessive d’une activité ( jeux, télévision, réseaux sociaux, relations sexuelles, sport... ).

Lire...